SAAD : une tarification à deux vitesses

Session publique du 24 septembre 2018.

Question d’actualité de Anne LASSUS:

Conseillère départementale du canton de Lunéville-2

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Thibault Bazin et moi-même avons été sollicités à plusieurs reprises par des responsables de services d’accompagnement et d’aide à domicile (SAAD) privés, déclarés mais non autorisés.

Pour cette raison, ils ne peuvent faire bénéficier leurs clients du taux horaire avantageux de prise en charge de 18 Euros et 98 centimes au titre de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA).

En effet, pour les SAAD, uniquement déclarés, l’aide octroyée n’est que de 9 euros et 70 centimes ; il est donc aisé de constater que le reste à charge pour les bénéficiaires devient alors plus conséquent….

Pourtant, ces services parfaitement qualifiés assurent des prestations de qualité équivalentes !

Monsieur le Président, nous sommes face à un problème d’équité entre nos concitoyens.

Nous le savons, les SAAD du département ne sont pas répartis de façon équilibrée dans les territoires. D’ailleurs, le rapport 2 présenté lors de cette session en fait état de manière très claire. Il serait peut-être intéressant, à prestations identiques, d’avoir une prise en charge harmonieuse. Les importants services d’aide à domicile souffrent d’un manque d’effectifs, ils n’arrivent pas à gérer toutes les demandes. Les plus petits SAAD pourraient leur venir en appui en les déchargeant de certaines tâches.

Pourquoi, à prestations équivalentes, avons-nous deux aides différentes ?

Envisageriez-vous de les harmoniser ?

Les familles sont perdues et ne comprennent pas forcément cette tarification à deux vitesses.

Je vous remercie.

Anne LASSUS