La vidéo-protection pour lutter contre la délinquance

Session publique du 28 septembre 2020.

Question d’actualité de Luc BINSINGER

Conseiller Départemental du canton de Jarville-la-Malgrange

 

Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle,
Madame la Présidente,
Chers Collègues,

Monsieur le Préfet,
Madame la présidente,
Chers collègues,

Depuis maintenant plusieurs mois nos concitoyens constatent partout sur le territoire une recrudescence de l’insécurité ! Chaque semaine qui passe amène son lot de crime et délit commis à
la fois en ville ainsi qu’à la campagne. Nos concitoyens attendent une réponse ferme de la justice face à cette intolérable montée de la violence.

Si l’ensemble de la chaîne pénale doit travailler de concert, nous élus locaux, pouvons apporter notre aide aux forces de l’ordre et aux magistrats. Cette aide s’avère souvent décisive à la fois dans la
résolution des enquêtes mais aussi en matière de prévention. On constate en effet dans toutes les communes qui ont fait le choix de s’équiper en systèmes et en réseaux de vidéo-protection une
diminution des infractions commises. Les forces de l’ordre plébiscitent ces moyens qui leur permettent de résoudre rapidement leurs enquêtes.

Monsieur le Préfet, vous n’êtes pas sans savoir que nos budgets sont de plus en plus contraints notamment du fait des baisses successives de la dotation générale de fonctionnement. Le Fond
Interministériel de Prévention de la Délinquance nous permettait de financer jusqu’à 40% des investissements en matières de vidéo-protection.

Pouvez-vous nous dire si le FIPD sera à nouveau abondé et à quel taux il nous permettra de financer ces investissements et plus généralement dans quelle mesure l’Etat compte soutenir financièrement les communes souhaitant s’équiper en matière de vidéo-protection.

Je vous remercie.

Luc Binsinger