Quel bilan pour les repas gratuits des collégiens de notre Département ?

Session publique du 30  Juin 2020

Question d’actualité de Sophie MAYEUX:

Conseillère départementale du canton de Nancy-1

Monsieur le Président,

 

Puisque c’est au travers d’articles rédactionnels voire (dans certains supports) de publi-info que chaque conseiller départemental élu peut se tenir informé a posteriori de vos décisions, vous comprendrez que je m’appuie sur la presse pour formuler ma question d’actualité.

L’Est Républicain du 26 mai 2020 nous informe, dans un article rédactionnel du bilan  du dispositif (à la demande), mis en place le 10 avril, par le conseil départemental, au bénéfice des collégiens demi-pensionnaires (ainsi que leurs frères et sœurs) inscrits dans les huit établissements, situés dans le réseau éducatif prioritaire du département. Un bilan dont il ressort que 420 repas gratuits ont été livrés chaque jour du lundi au vendredi (vacances comprises), par une vingtaine d’agents volontaires, soit en cumulé 13 000 repas distribués à 220 familles.

On apprend dans ce même article votre décision de mise en place d’un nouveau dispositif courant jusqu’au 3 juillet qui doit, je cite : « prendre le relais du dispositif actuel de livraison de repas » et donc qui annule ce dernier je suppose.

Comme cela est précisé dans l’article qui nous informe : « Il s’adresse à l’ensemble des collégiens Meurthe-et-Mosellans demi-pensionnaires (soit je le précise 20 000 sur les 33 000 élèves des collèges du 54 ) , sans condition de ressources. Les repas seront fabriqués dans 17 établissements publics (sur les 66 que compte le département), et la distribution sera organisée sous forme de drive »

On peut en déduire que :finie la prise en compte des fratries. Parents sans moyen de déplacement s’abstenir. Empreinte carbone à oublier pour ceux qui n’habitent pas en proximité de l’un des 17 drive. Appel aux Maires de bonne volonté pour assurer le transport de repas et la garantie de respect de la chaîne du froid vers les familles concernées à médiatiser.

A ce stade et c’est ma première question : peut-on avoir un bilan de cette initiative ciblant 20 000 collégiens (1/2 pensionnaires) en ce qui concerne le nombre de repas pris en drive. Même question sur le nombre de ½ pensionnaires sur site ayant bénéficié de la gratuité ? Combien de Maires mobilisés ?

Pourquoi (et ce sera ma seconde question) ne pas généraliser la gratuité des repas, je pense en particulier aux parents qui relèvent des coefficients les plus faibles comme à ceux qui, dès la rentrée prochaine, risquent de basculer dans ces coefficients ?

Nul ne peut ignorer, surtout en cette enceinte, que derrière la crise économique générée par Covid 19, se profile une très grave crise sociale.

Je vous remercie, Monsieur le Président, pour vos réponses.

Sophie MAYEUX

 

Question d’actualité de sophie Mayeux

 

Réponse de Anthony CAPS :

Vice-Président délégué à l’éducation, la citoyenneté et aux sports

Merci. Il me semble que j’ai déjà eu l’occasion de répondre à une partie de vos interrogations à l’occasion de la dernière commission permanente. Mais je pense que la répétition fait aussi partie de la pédagogie. Donc je vais essayer de m’attacher à répondre une nouvelle fois aux questions que vous posez. Peut-être, simplement, en introduction, repréciser un certain nombre d’approximations en vous indiquant que notre Département est composé de 28 000 élèves scolarisés dans les 66 collèges publics du Département et non pas 33 000 collégiens. Peut-être que vous y incluez les collèges privés. Et puis, les repas ne sont pas confectionnés dans chacun des 66 établissements mais dans 44 unités de production qui sont réparties sur 60 collèges puisque la restauration est également assurée par la Région Grand-Est dans 6 collèges qui sont en cité scolaire. Autre précision, je pense que vous savez qu’à la veille du confinement, c’est le ministère de l’éducation nationale qui a déterminé la liste des 12 pôles destinés à accueillir les enfants des personnels prioritaires dans la gestion de la crise sanitaire. Nous nous sommes logiquement appuyés sur cette base que nous avons étendue à 17 établissements pour améliorer le maillage territorial de manière à construire un dispositif inédit de restauration qui a délivré 3 436 repas entre le 2 et le 19 juin. Je suis à ce stade dans l’impossibilité de vous donner des chiffres consolidés sur le nombre de demi-pensionnaires sur site qui ont bénéficié de cette gratuité puisque vous n’êtes pas sans savoir que l’année scolaire se termine le 3 juillet. Nous allons donc diligenter une enquête spécifique sur ce sujet dans la semaine du 6 juillet. En revanche, ce que je peux vous dire avec certitude c’est que, grâce à la décision que nous avons prise de rendre cette restauration scolaire gratuite pour tous les collégiens demi-pensionnaires jusqu’à la fin de l’année scolaire, c’est que les collèges ont pu verser l’intégralité des bourses aux familles concernées pendant la première quinzaine de juin. C’est important parce que, traditionnellement, c’est un versement qui intervient 1 mois plus tard et en ayant déduit des bourses le montant de la facture de restauration. Cela concerne plus de 5 000 collégiens aujourd’hui demi-pensionnaires qui déjeunent avec les 2 tarifs les plus bas de 50 centimes d’euros et de 1 euro.

 

Enfin, sur votre proposition de généraliser la gratuité des repas pour la prochaine rentrée scolaire je pense qu’effectivement l’idée est généreuse mais je suis toujours un peu surpris de votre proposition à dire tout et son contraire parce que c’est assez paradoxal à un moment donné de vouloir proposer aujourd’hui la gratuité de la restauration alors que vous vous êtes abstenue sur le vote du tarif à 50 centimes d’euros et que vous êtes aussi dans une « moquerie » de notre combat permanent sur la gratuité des transports scolaires. C’est sans doute le monde d’après mais si cela vous a fait évoluer dans le bon sens je souligne cela aujourd’hui.

 

Je voudrais également terminer en vous indiquant que je vous laisser gérer et juge de la façon dont vous organisez la communication au sein de votre groupe puisque je vous rappelle que le Président du groupe UDC a rencontré le Président du Département toutes les semaines pour évoquer les sujets d’actualité. Ensuite, pour vous dire que pendant cette crise sanitaire exceptionnelle que nous avons été amenés à traverser, nous avons été amenés à prendre des mesures d’urgence, forcément, pour venir en aide aux familles confrontées à une grande précarité alimentaire. Bien sûr, nous avons utilisé tous les canaux de communication à notre disposition pour toucher le plus largement possible les élèves en difficulté car le confinement a bien sûr contribué à creuser la fracture numérique, les inégalités sociales et territoriales et puis, oui, nous avons fait le choix de l’audace et l’innovation pour continuer à assurer nos missions de solidarité pendant la crise, et nous continuerons à le faire, bien sûr, pour aider les Meurthe-et-Mosellans à surmonter ces conséquences sociales et économiques à venir, sur lesquelles je vous rejoins complètement.