Pour un développement des vélo route voie verte !

Session publique du 30 Juin 2020

Question d’actualité de Stéphane PIZELLE:

Conseiller départemental du canton de Pont-à-Mousson

Monsieur le Président,

Il y a quelques semaines, le gouvernement annonçait par la voix d’Elisabeth Borne le triplement du plan Vélo. A l’issue du confinement plus de 200 000 vélos ont été réparés grâce au dispositif mis en place. L’objectif d’atteindre 1 millions de vélo remis en service sera probablement atteint.

Alors qu’en Meurthe-et-Moselle les travaux sur le tronçon Méréville-Grisport de la Vélo route voie verte Charles le Téméraire sont en voie d’achèvement, il faut penser à l’avenir.

Nos concitoyens plébiscitent désormais le vélo dans leurs déplacements quotidiens.

De nombreux Départements s’engagent dans ce mode doux de circulation. Le Val-d’Oise vient d’annoncer la création de 53 km de pistes cyclables supplémentaires. Le Département des Côtes d’Armor vient de terminer la réhabilitation d’un 7ème ouvrage d’art sur le parcours de la Vélomaritime.

Aussi monsieur le Président, il s’agit pour nous de ne pas prendre de retard dans ce début de dynamique saluée par les français.

Pouvez-vous nous dire si aujourd’hui nos services réfléchissent à un développement des pistes cyclables sur notre département et notamment à l’amélioration de notre réseau routier départemental. En agrémentant celui-ci de pistes cyclables sécurisées sur certains itinéraires stratégiques. Elles offriraient à nos concitoyens une alternative éco-responsable et plus sûre à la voiture dans leurs déplacement qu’ils soient pour se rendre au travail ou de loisir.

Je vous  remercie pour votre réponse.

Stéphane Pizelle

 

Question d’actualité de Stéphane Pizelle

Réponse de Audrey BARDO-NORMAND:

Vice-Présidente délégué à l’agriculture

Monsieur le conseiller départemental,

cher Stéphane,

Je partage avec vous tout à fait le constat que vous posez. On assiste aujourd’hui à un vrai engouement pour le vélo et je m’en réjouis particulièrement. S’il y a bien, aujourd’hui, un sujet qui dépasse les clivages politiques et on le constate bien dans nos territoires, lorsqu’on discute d’un projet de voie douce, c’est bien celui du vélo. Mais, en Meurthe-et-Moselle, nous n’avons pas attendu la crise sanitaire ou l’approche des élections municipales pour nous mettre en selle, si j’ose dire. Vous avez raison de le souligner, le Département a pris la maîtrise d’ouvrage de la section de Véloroute qui relie Méréville-Grisport pour boucler la voie bleu et permettre ainsi aux cyclistes européens de rallier la mer du Nord à la vallée du Rhône. Avec 600 kilomètres d’itinéraires aménagés, le réseau cyclable progresse en Meurthe-et-Moselle, mais il reste encore des trous dans le maillage d’où les 8 millions d’euros que nous allons investir dans les Véloroutes V 50 puis V 52 ainsi que les 400 000 euros que nous consacrerons aux projets locaux en lien avec les communautés de communes, pour accompagner la mise en œuvre du schéma des circulations douces, en cours de construction. D’où également le diagnostic engagé par nos équipes sur nos routes départementales pour faciliter les flux de mobilité active quotidienne avec des réalisations déjà opérationnelles, comme le pont de Dieulouard qui permet un meilleur maillage sur la route entre véhicules légers, poids lourds et cycles. Mon collègue André CORZANI, en parlerait d’ailleurs mieux que moi. Mais si il s’agit là d’une petite partie des actions que nous déployons pour faire de la Meurthe-et-Moselle un territoire cyclable car si la question des infrastructures est centrale dans la montée en puissance du vélo, elle ne règle pas tout. Je vous invite ainsi à relire le rapport adopté par notre assemblée en décembre dernier, qui décline toutes les interventions du Département dans ce domaine. Pour citer quelques exemples, notre collègue Michèle PILOT proposera au vote de notre assemblée au cours de cette session, la création d’un forfait mobilité durable, c’est-à-dire une prime de 200 euros par an, pour inciter les agents du Département à venir travailler à vélo. Autre exemple, nous lancerons officiellement dans quelques jours, l’application mobile Balade 54 dont l’objectif est de promouvoir notre réseau cyclable mais aussi les itinéraires de balades à pied, à vélo ou à cheval et donner envie d’aller à la découverte de nos territoires. Je pourrais également citer le travail de Meurthe-et-Moselle Tourisme pour développer les labels du type accueil vélo ainsi que le soutien de notre collectivité aux associations locales ou encore les multiples projets locaux, soutenus par le Département, via les Contrats Territoires Solidaires qui permettent de développer la pratique du vélo.

En conclusion, chers collègues, l’action du Département pour développer les mobilités actives et décarbonées se poursuit. En outre, elle s’inscrit dans la durée et en articulation avec nos multiples partenaires.

Je vous remercie.