Unités du REMM sur le Département

Session publique du 24 septembre 2019.

Question d’actualité de Sophie MAYEUX :

Conseillère départementale du canton de Nancy-1

Monsieur le Président,

Le réseau éducatif de Meurthe-et-Moselle (REMM) est un service du conseil départemental, organisé au sein du dispositif de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) du département et dont les missions ciblent prioritairement l’accueil urgent ou immédiat des mineurs confiés à l’ASE par l’autorité judiciaire. Il s’agit, nous en sommes tous conscients, d’enfants en grande difficulté, en souffrance qui requièrent notre plus grande attention.

Pour mémoire, ce réseau – à taille humaine – lit-on sur le site du Conseil Départemental – se déploie en  unités sur le territoire départemental. Chaque unité déployée est a priori structurée autour d’éducateurs de jour, d’agents éducatifs de nuit, de maîtres ou maîtresses de maison, ainsi que d’un psychologue à mi-temps.

Il s’avère que, dans la toute récente unit ouverte sur le canton de Nancy Ouest qui accueillerait 8 enfants entre 13 et 18 ans, issus précédemment du site Bel Air de Laxou, je suis interpellée par un certain nombre de riverains qui s’interrogent notamment sur la présence dans la rue, à des heures particulièrement tardives de ces enfants, sur ces alarmes anti-incendie qui se déclenchent régulièrement, ou encore sur la cause des interventions récentes des Sapeurs Pompiers (fin Août notamment).

Jamais – soulignent-ils – la présence d’une unité du Centre Médical Psychothérapique, elle aussi implantée dans la même rue depuis plusieurs décennies, ne les a confronté à une telle situation – d’où la comparaison en termes d’encadrement.

En effet, au cœur des préoccupations et au delà de la complexité des situations de ces enfants accueillis dans le cadre du REMM, la vraie question et donc celle que je pose à nouveau, est celle de leur encadrement, de la formation des personnels qui les accompagnent.

Les éléments de réponse qui me sont jusqu’à présent apportés par notre collègue vice-Présidente en charge, font référence aux difficultés de recrutement d’éducateurs par le Département. Ces seuls éléments doivent-il servir de seule justification ? Si dans un certain nombre de secteurs d’activité, les difficultés de recrutement autorisent à embaucher des profils qui restent à former à l’interne, il ne me semble pas acceptable que l’on se risque, au sein du REMM à embaucher des personnels partiellement (ou non) formés, à qui l’on attribue la fonction d’Educateur. Cette solution me paraît d’autant moins acceptable lorsqu’il s’agit d’enfants qui ont besoin de trouver ou de retrouver un cadre, un rythme de vie familiale avec ses temps de jeux, de détente mais aussi ses apprentissages, ses règles de vie.

Je vous remercie, Monsieur le Président, pour vos réponses.

Sophie MAYEUX